S'identifier - Contact

Obral
Observatoire Bénévole des Réalités Associatives Locales en Isère

"Donateurs- citoyens"! Ne restez pas passifs !

Moralisez la dépense publique associative.

Avec la Société civile ! La vraie !

Pas les Antigones subventionnées ! ( CF Figaro 29 Octobre P.12)

Promouvez le label associatif AFNOR.

Donnez «  malins » !

Exigez un test de transparence et de gouvernance.

I

Ne soyez pas des donateurs passifs.

En fin d’année votre boite aux lettres se remplit de tracts et « mailings «  sollicitant votre générosité. Des évènements récents confirment qu’il faut trier entre les associations. Ce tri, un outil le permet depuis septembre 2007 : le label associatif AFNOR. Vous trouverez toutes les informations souhaitables sur :

http://www.afaq.org/web/afaqinstit.nsf/volfr/serlabgouv1

Voici deux modèles de lettre que vous pouvez utiliser pour inviter vos interlocuteurs à se faire certifier. L’un est simple, le second plus travaillé. Choisissez…. Inventez !!.

Modèle simple

Messieurs,

J’ai bien reçu votre courrier de demande de don, et trouve effectivement que votre domaine d’action et vos motivations sont dignes d’intérêt et de soutien.

Cependant plusieurs affaires récentes ont jeté le trouble sur la proportion de l’argent récolté qui bénéficie réellement à ceux au nom desquels il a été collecté

C’est donc avec grand intérêt que j’ai appris que l’association - AFAQ AFNOR Certification - avait récemment mis en place une procédure d’agrément attestant la transparence financière des organismes qui, comme le vôtre, reçoivent des dons du public . . Clairement, il y a là un outil susceptible de ramener la confiance parmi les donateurs .

J’ai donc décidé de l’appuyer en réservant désormais mon aide aux associations ainsi certifiées.

Ma question est simple : votre organisme envisage-t-il d’y recourir ? 

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer mes vœux de succès et mes sincères salutations.

Modèle plus travaillé

Monsieur,

Je donne régulièrement à plusieurs associations caritatives dont je partage les objectifs et les valeurs affichées. Mais vous savez certainement que le monde des donateurs est sollicité de façon quasi quotidienne par des associations de toutes sortes entre lesquelles il est difficile de faire le tri. Les méthodes de «  fund rising » développées à l’excés par le «  Charity business », notamment avec échange de fichiers, se révèlent parfois même irritantes. Le récent rapport de la Cour des Comptes d’octobre 2007 sur «  la qualité de l’information financière communiquée aux donateurs par les organismes faisant appel à la générosité publique. » conclut par ailleur  :

«  Il n’appartient pas à la Cour d’imposer des indicateurs ni une méthodologie. Mais l’expérience acquise dans les contrôles d’organismes faisant appel à la générosité du public la conduit à souligner que quelques principes fondamentaux doivent être respectés : un indicateur n’est pas comparable sans précaution d’un organisme à l’autre ; il doit pouvoir être vérifié aisément dans les documents comptables ; il doit être accompagné de commentaires explicitant sa méthode de construction et rappelant la question à laquelle il tend à apporter une réponse ; enfin, un indicateur doit être validé par les instances associatives qui vérifieront notamment sa cohérence avec les documents financiers et avec la stratégie de l’organisme. » Vous avez sans doute entendu parler du label « Gouvernance des associations » mis au point par l’AFNOR cette année qui a pour but de certifier la bonne gouvernance des associations et fondations et de vérifier ainsi leur transparence. Vous trouverez ce label sur internet : http://www.afaq.orf/label-association-fondation.

Cet outil a un double avantage.

Pour l’association qui le souhaite (la démarche est volontaire) ce label peut permettre d’améliorer sa gouvernance dans tous les domaines : finance, administration, ressources humaines, gestion des risques, désintéressement, communication etc … … Pour le donateur, ce label est une garantie de bonne utilisation de ses dons car l’AFNOR se soumet elle-même au contrôle externe d’un groupe de 20 experts compétents, indépendants et bénévoles. Vous pourrez consulter la liste de ces experts sur le site « www.certification1901.com/ - 8k de » Gouvernance et Certification » Cette séparation des pouvoirs et des intérêts constitue la meilleure et sans doute la seule des garanties aux yeux de vos partenaires : donateurs et mécènes certes mais aussi administrations, élus nationaux et locaux,

II Ne soyez pas des citoyens passifs.

Invitez tous ceux qui peuvent influencer le financement public ou privé des associations à ne pas distribuer leur aide sans inviter les bénéficiaires à se faire labelliser AFNOR.

Lettre à des élus locaux, administrations locales,des autorités religieuses ou morales, des entreprises et autres groupements susceptibles d’influencer les donateurs.(Notariat MEDEF, mouvement familial, consommateurs,Rotary,)

<< Monsieur,

Je donne régulièrement à plusieurs associations caritatives dont je partage les objectifs et les valeurs affichées.. Mais vous savez certainement que le monde des donateurs est sollicité de façon quasi quotidienne par des associations de toutes sortes entre lesquelles il est difficile de faire le tri. Les méthodes de «  fund raising » développées à l’excés par le «  Charity business », notamment avec échange de fichiers, se révèlent parfois même irritantes. De plus certaines affaires ont affecté la confiance du public.

Le récent rapport de la Cour des Comptes d’octobre 2007 sur «  la qualité de l’information financière communiquée aux donateurs par les organismes faisant appel à la générosité publique. » conclut par ailleurs :

«  Il n’appartient pas à la Cour d’imposer des indicateurs ni une méthodologie. Mais l’expérience acquise dans les contrôles d’organismes faisant appel à la générosité du public la conduit à souligner que quelques principes fondamentaux doivent être respectés : un indicateur n’est pas comparable sans précaution d’un organisme à l’autre ; il doit pouvoir être vérifié aisément dans les documents comptables ; il doit être accompagné de commentaires explicitant sa méthode de construction et rappelant la question à laquelle il tend à apporter une réponse ;enfin, un indicateur doit être validé par les instances associatives qui vérifieront notamment sa cohérence avec les documents financiers et avec la stratégie de l’organisme. »

Tout récemment c’est le MEDEF qui lance un appel à la certification : « La transparence financière, le Medef la demande pour toutes les organisations professionnelles et interprofessionnelles, pour toutes les organisations syndicales et pour toutes les ONG ». (16 octobre 2007). Que dire de l’affaire de l’arche de Zoé ?

Vous avez sans doute entendu parler du label « Gouvernance des associations » mis au point par l’AFNOR cette année qui a pour but de certifier la bonne gouvernance des associations et fondations et de vérifier ainsi leur transparence. Vous trouverez ce label sur internet : http://www.afaq.orf/label-association-fondation.

Cet outil a un double avantage.

Pour l’association qui le souhaite (la démarche est volontaire) ce label peut permettre d’améliorer sa gouvernance dans tous les domaines : finance, administration, ressources humaines, gestion des risques, désintéressement, communication etc …

Pour le donateur, ce label est une garantie de bonne utilisation de ses dons car l’AFNOR se soumet elle-même au contrôle externe d’un groupe de 20 experts compétents, indépendants et bénévoles. Vous pourrez consulter la liste de ces experts sur le site « www.certification1901.com/ - 8k de » Gouvernance et Certification » Cette séparation des pouvoirs et des intérêts constitue la meilleure et sans doute la seule des garanties aux yeux de vos partenaires : donateurs et mécènes certes mais aussi administrations, élus nationaux et locaux, notariat etc

Dans l’intérêt des associations volontaires, comme dans l’intérêt général, je ne doute point que vous envisagiez un jour d’examiner positivement et de promouvoir cette démarche de certification parfaitement compatible avec la parfaite liberté des associations. Dans certains cas vous y trouverez même un moyen précieux pour moraliser localement la dépense publique associative.>>. <<

Obral le 05.11.07 à 09:58 dans Actualités - Lu 1291 fois - Version imprimable
Article précédent - Commenter - Article suivant -

L’Observatoire Bénévole des Réalités Associatives Locales (OBRAL) a pour ambition de mettre à la disposition du plus grand nombre, de manière transparente et impartiale, un état de la dépense publique associative départementale.

Pour la connaissance, la transparence et la gouvernance des associations de la loi de 1901.